Translate This Page

French English German Italian Portuguese Russian Spanish

 

15 avril 2017

Syrie : à l'ONU, la Russie dénonce, les Etats-Unis menacent

(Un abri de protection NBC vous protège en cas de d'attaque nucléaire, grâce à leur sas de décontamination et à la ventilation NBC avec filtre à charbons actifs)

En réponse à l'attaque chimique de mardi, Washington a lancé des missiles sur la base syrienne d'al-Chaayrate. Au Conseil de sécurité de l'ONU réuni en urgence, la Russie a accusé les Etats-Unis d'avoir violé la loi internationale. Ceux-ci menacent d'une nouvelle intervention.

Les Etats-Unis ont bombardé dans la nuit de jeudi à vendredi une base en Syrie en réponse à une attaque chimique survenue mardi et attribuée au régime de Bachar al-Assad. Sur ordre du président Donald Trump, une soixantaine de missiles ont frappé la base aérienne de Shayrat (ou al-Chaayrate).

Le Conseil de sécurité s'est réuni à New York. Alors que Moscou accuse Washington d'avoir violé la loi internationale, les Etats-Unis se disent prêts à frapper Assad une nouvelle fois «si nécessaire». A Paris, François Hollande a demandé à l'issue d'un conseil de défense que les responsabilités dans l'utilisation des armes chimiques soient déterminées au plus vite pour que «ces attaques soient sanctionnées».

QUESTION DU JOUR. Trump a-t-il eu raison de bombarder le régime syrien unilatéralement ?

Provocation du régime de Bachar al-Assad ? Vendredi soir, deux avions militaires ont décollé de la base aérienne syrienne frappée par les Etats-Unis et ont mené des raids dans les environs, selon une ONG.

> Retour sur la journée de vendredi

21h25. L'Irak condamne «l'attaque chimique» en Syrie. Quelques heures après la frappe américaine, l'Irak condamne «l'usage criminel des armes chimiques en Syrie qu'il considère comme une escalade très dangereuse», fait savoir le ministère des Affaires étrangères. «Nous exprimons notre soutien à tous les efforts faits par la communauté internationale pour punir les parties responsables de l'utilisation d'armes chimiques», poursuit le ministère.

21 heures. Des avions de la base frappée par les Etats-Unis auraient mené des raids.  «Deux avions militaires ont décollé de la base aérienne syrienne frappée vendredi par les Etats-Unis et ont mené des raids dans les environs», a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les appareils «ont décollé depuis la base d'Al-Chaayrate, qui est de nouveau en partie en service, et ont frappé des cibles près de Palmyre» dans le centre de la Syrie, selon l'ONG. D'après le Pentagone, environ 20 avions ont été détruits mais la piste est restée intacte.

20h40. Hollande demande une «attribution» rapide des «responsabilités». «Les enquêtes de vérification doivent être renforcées. Le mécanisme d'attribution des responsabilités doit travailler le plus rapidement possible afin que ceux qui sont à l'origine de ces attaques soient sanctionnés», demande François Hollande à l'issue d'un conseil de défense qui a réuni notamment les ministres de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et de l'Intérieur, Matthias Fekl. «Tous les Etats, mais plus particulièrement ceux qui continuent de soutenir le régime, ont une responsabilité dans ce domaine», ajoute-t-il. «Seule une stratégie d'ensemble permettra de ramener la paix, la sécurité et la stabilité en Syrie» affirme-t-il.

    Le Conseil de défense s’est réuni pour évoquer la situation en #Syrie & faire le point sur l’attaque terroriste survenue à #Stockholm#Suedepic.twitter.com/K23iKFXhE8
    — Élysée (@Elysee) 7 avril 2017


20h15. L'armée d'Assad a-t-elle été aidée ? Les militaires américains soupçonnent que le régime syrien a été «aidé» pour mener sa frappe chimique présumée, indique vendredi un militaire américain, sans aller jusqu'à accuser nommément la Russie.

19h40. Moscou attend des explications lors de la visite de Tillerson. La Russie affirme attendre des explications de la part du secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson lors de sa première visite à Moscou les 11 et 12 avril. «La visite est à l'ordre du jour. Qu'il vienne et qu'il nous explique ce qu'ils ont fait aujourd'hui. Nous lui dirons tout ce que nous en pensons», déclare à l'antenne de la télévision NTV la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

19h25. L'ambassadrice américaine à l'ONU menace d'une nouvelle intervention en Syrie. «Les Etats-Unis ont pris une décision très mesurée la nuit dernière» avec la frappe sur une base aérienne syrienne, explique Nikki Haley. «Nous sommes prêts à en faire plus, mais nous espérons que cela ne sera pas nécessaire», poursuit-elle.

18h45. La Russie accuse à l'ONU les Etats-Unis d'avoir violé la loi internationale. «Les Etats-Unis ont attaqué le territoire souverain de la Syrie. Nous qualifions cette attaque de violation flagrante de la loi internationale et d'acte d'agression», déclare le représentant de Moscou à l'ONU, Vladimir Safronkov.

18h30. La Syrie avertie de la menace de frappes américaines. «Nous avons appris qu'il y avait une menace américaine de bombardement du territoire syrien», a indiqué une source militaire syrienne à l'AFP. «Nous avons pris nos précautions dans plus d'une position militaire, dont la base d'al-Chaayrate. Nous avons déplacé plusieurs avions vers d'autres endroits», a dit ce responsable, ajoutant que l'information leur est parvenue «quelques heures» avant les frappes. Il n'a pas précisé qui avait averti le gouvernement syrien ni vers où les avions avaient été déplacés.

18h25. «La Russie a failli à ses engagements et responsabilités», selon François Delattre. Le représentant permanent de la France à l'ONU estime que Moscou n'a pas «exercé pas les pressions nécessaires sur le régime de Damas». Les frappes américaines en Syrie sont «une réponse adaptée aux attaques chimiques du régime d'Assad». Selon lui, le président syrien «n'a jamais renoncé à l'usages des armes chimiques».

    Les masques sont tombés cette semaine.#Syrie#Syriastrikespic.twitter.com/5FvQNM49nY
    — La France à l'ONU (@franceonu) 7 avril 2017

18h05. «Les frappes américaines en Syrie peuvent changer la donne». C'est ce que déclare François Delattre, le représentant permanent de la France à l'ONU, en estimant qu'il faut encourager les négociations politiques. «Les frappes américaines sont une réponse légitime aux attaques chimiques en Syrie et un important message pour le futur», estime-t-il.

    "Les frappes américaines sont une réponse légitime aux attaques chimiques en Syrie et un important message pour le futur." F Delattre pic.twitter.com/kEzN4ORogp
    — La France à l'ONU (@franceonu) 7 avril 2017

17h50. Les militaires américains veulent continuer à parler avec les Russes. Alors que Moscou a suspendu dans la matinée l'accord avec Washington sur des échanges d'informations sur leurs opérations en Syrie, les militaires américains souhaitent que les échanges continuent pour éviter tout risque d'incident.

17h45. Début de la réunion du Conseil de sécurité. Les quinze pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont commencé à se réunir après la frappe des Etats-Unis contre la Syrie. La réunion se tient à la demande de la Bolivie, qui a estimé que le lancement de missiles américains contre une base aérienne en Syrie constituait une violation des lois internationales.

17 heures. L'Arabie saoudite salue une décision «courageuse». Le pays assure qu'il soutient «pleinement» les frappes américaines.

16h40. «A un cheveu» d'une confrontation directe. C'est ce que déclare le Premier ministre russe Dmitri Medvedev à propos du raid aérien de la nuit dernière, rapporte le site du «Spiegel».

16h30. Le chef de l'ONU appelle à la retenue et à une solution politique. «Conscient du risque d'escalade, j'en appelle à la retenue pour éviter tout acte qui ajouterait encore à la souffrance du peuple syrien», déclare le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres dans un communiqué. A ses yeux, «il n'y a pas d'autre voie pour mettre fin à ce conflit que celle d'une solution politique».

    I appeal for restraint by all in Syria, and for a political solution to end the suffering of the Syrian people. https://t.co/fMIRhUaPci
    — António Guterres (@antonioguterres) 7 avril 2017

 
Lire la suite sur: http://www.leparisien.fr/international/les-etats-unis-frappent-la-syrie-07-04-2017-6832623.php

Adresse Contact

AMESIS BAT PROTECT

GENÈVE
Bureau Principal
Rue Du Cendrier 15
1201 GENÈVE CH
SUISSE

UID:
CHE-382.857.008
Handelsregister-Nummer:
CH-660.2.491.017-4

MENTON
18 Promenade du val de MENTON
06500 MENTON FR
FRANCE

PRINCIPAUTÉ de MONACO
Bureau Commercial
GLYCERIO DO ESPIRITO SANTO Janice
11 Boulevard Du Jardin Exotique
98000 MONACO MC

N° SIRET : 750 051 898 00013
N° TVA INTRACOMMUNAUTAIRE : FR49750 051 898 00013

Questions, conseils ou devis
Numéro PORT. DIRECT : 0033 (0)615283829
Numéro BUREAU : 0033 (0)483392088

FORMULAIRE DE CONTACT  

AMESIS infos

 

LA PRINCIPAUTÉ DE MONACO

PARLE D'AMESIS

 

 

AMESIS
Nouveau bureau commercial
à MONACO

 

Boutique NBC en ligne

 

BOUTIQUE NBC EN LIGNE

"AMESIS"